Focus sur NieR Automata

Passé presque totalement inaperçu sous le radar des joueurs en 2010, le premier NieR est pourtant une des meilleures expériences vidéoludiques de la génération Xbox360/PS3 pour ceux qui ont daigné l’essayer. Action RPG japonais, développé par le studio Cavia pour le compte de Square Enix, NieR, il fait partie de ces jeux dont on ne sort pas indemne. Cavia n’en était pas à son premier coup d’essai, on leur doit également la licence Drakengard initié sur PS2, dont NieR est leur héritier spirituel (et même une « suite » d’une des nombreuses fins de Drakengard). NieR sera cependant leur dernier jeux, le studio mettant la clé sous la porte après la sortie du titre.

nier

Pour la version occidentale, on suit l’histoire de Nier, père d’une petite fille qui souffre d’un mal mystérieux. Il se lancera ainsi dans l’aventure pour trouver un remède afin de la sauver. Très mélancolique, l’aventure est un prétexte pour débattre de la mort, omniprésente sur notre route, que ce soit pour les quêtes principales ou annexes. Sur sa route, il rencontrera des personnages haut en couleur, dont l’inoubliable Kainé, une puissante guerrière qui a la particularité d’être hermaphrodite. C’est par les questions posées au joueur, que ce soit par la mort ou autre, qui rendent le jeu fort en émotion et nous ne pouvons pas rester indifférent.

Vous remarquerez qu’au début je parle de version « occidentale ». En effet il existe deux versions pour NieR au Japon. Celle que l’on connaît dans notre contrée est en réalité la version 360 Japonaise. La version PS3 elle, se démarque du fait qu’au lieu d’un père et sa fille, on suit l’histoire d’un frère et d’une sœur. La version est cependant restée exclusive au Japon et vu que je n’y ai pas jouer, je ne vais pas m’étendre dessus.

Le principal reproche des professionnels pour ce premier épisode se situe sur le plan technique, « totalement » à la ramasse pour les consoles de l’époque. Cependant, la partie technique est-elle vraiment un frein pour faire devenir un jeu mauvais ? Non. Me concernant un jeu peut être beau mais passer complètement à coté de son discours. La narration, l’univers et la bande ont tout de même été salué, et c’est vraiment là que NieR prenait tout son intérêt. Si vous ne l’avez pas encore fait, je ne peux que vous le conseiller.

NieR automata

Avec ce postulat d’échec commercial et la fermeture du studio à l’origine du titre, on aurait pu penser que NieR reste un one shot méconnu mais culte pour certain. Et non ! Voilà que Square Enix annonce il y a quelque mois le développement d’un nouveau projet NieR confié au studio Platium Games et exclusif à la PS4. Les petit gars de Platinum Games, on les connaît principalement pour leurs jeux d’actions très stylisés que sont les Bayonetta. Vrai orfèvre du jeu vidéo japonais, ils multiplient à un rythme non humain les projets que sont Scalebound pour le compte de Microsoft, Star Fox Zero pour Nintendo et même dernièrement un jeu Transformer pour Activision.

Absent de la conférence Paris Games Week de Sony, Square Enix dévoile un peu plus son NieR nouveau. Dorénavant, nous devrons l’appeler NieR Automata. C’est toujours un action RPG et si l’on pouvait craindre que le changement de développeur change le philosophie du jeu et ne devienne qu’un simple jeu d’action, on sera rassuré d’apprendre que le duo à l’origine de la licence, Yoko Taro et Yosuke Saito sont toujours à la tête du projet, respectivement directeur créatif et producteur.

Nier automata

On apprend également que les deux jeux NieR sont liés, les vétérans devraient retrouver leurs marque mais le jeu sera suffisamment accessible pour que les nouveaux joueurs ne soient pas perdu. On devrait donc revoir des lieux et personnages connus mais ne seront pas au premier plan de l’histoire. De ce fait, trois personnages seront jouables dans NieR Automata. Nous connaissons déjà l’existence de 2B qui est une androïde de combat faisant partie de l’escouade d’infanterie automatisée, le YoRHa.

Trêve de bavardage, je vous laisse avec le premier trailer de gameplay qui a été dévoilé à l’occasion de la Paris Games Week. Enjoy.

5 réflexions sur “ Focus sur NieR Automata ”

  1. Je suis très curieuse de voir ce que cela va donner. J’ai beaucoup aimé Nier Replicant, et son OST unique. En tout cas, étant lassée des Final Fantasy en ce moment, j’éprouve un peu plus d’espoir pour Nier !

    N’empêche que la pause combattante plus haut me fait tellement penser à Sucker Punch !!!

    J'aime

    1. Tu as joué à la version japonaise du coup si tu as fait Replicant ? ça donne quoi en comparaison de Nier Gestalt, il y a de réel différence ?
      Sucker Punch est rempli de référence à la culture japonaise donc ce n’est pas étonnant !

      J'aime

      1. Bah en fait je n’ai joué qu’à Replicant donc difficile de comparer. Je viens de télécharger Gesalt pour tester. Je te dirai ce qui est flagrant. En tout cas la relation des personnages est très particulière. Je suis une sucker Punch loveuse :3

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s