No Man’s Sky : Vers l’infini et au delà

Bonjour à tous,

Après plusieurs dizaines d’heures de jeu, après avoir visité un nombre incalculable de planètes et être devenu l’homme le plus riche que la galaxie dû à une vente massive de plutonium, je peux enfin vous livrer mon verdict sur No Man’s Sky. J’ai pris mon temps, on peut le dire, pour explorer chaque détails que le jeu nous propose. J’ai voulu prendre du recul autour de ce jeu qui a tant divisé les joueurs dans les premiers jours. Pourquoi une telle haine ? Comment ? Je vais essayer d’y répondre dans cet article en l’articulant en deux parties : pourquoi No Man’s Sky c’est génial et pourquoi il peut être également le symbole d’un ennui extrême.

No Man's Sky_20160817173728

No Man’s Sky : My God it’s full of stars !

Le principe de base de No Man’s Sky repose sur une génération complètement aléatoire de l’environnement de jeu. Galaxie, système, planète, lune, flore, faune, météo… (quasiment) tout est différent selon où votre aventure vous mène. Un infini de possibilité pour un nombre infini de destination. Dès les premiers instants du jeu et le crash de votre vaisseau sur une planète inconnue (différente pour chaque joueurs), le dépaysement est total et oui putain, ça fait du bien dans le marché du gaming actuel. Parachuté dans cet espace hostile, le jeu vous donne très peu d’informations sur la marche à suivre, jusqu’à ne plus vous en donner du tout.

Commencer à réparer votre vaisseau, explorer votre environnement, puis destination le centre de la galaxie en suivant votre propre chemin et aventure comme vous le souhaitez. Vous voulez devenir un mania du minerais ? Devenir un pirate de l’espace ? Vous la jouer Bear Grylls et survivre face à une faune hostile et une météo capricieuse ? C’est possible. Votre aventure repose ENTIÈREMENT sur votre imagination. Le jeu est fait pour les joueurs qui ne veulent pas être pris par la main et s’amuser dans un bac à sable aux horizons infinis. Des joueurs qui voudront découvrir des mondes aux paysages souvent magnifiques. Dans ces conditions, le pari de la génération aléatoire est plus que réussie, d’autant plus que le jeu ne dispose d’aucun temps de chargement après le premier pour accéder au jeu.

No Man's Sky_20160822184015

No Man’s Sky : Dans l’espace personne ne vous entendra crier

Le principe de base de No Man’s Sky repose donc sur une génération complètement aléatoire de l’environnement de jeu. Si le principe est d’une générosité sans nom dans ses points positifs, il est également le plus gros point négatif du soft. Les adeptes de « finir entièrement ce qu’ils ont commencés » n’auront jamais gain de cause tant il est tout simplement impossible de faire le tour entier de la moindre planète. Le principe pose également des gros bugs pouvant vraiment freiner la progression et décourager le plus courageux d’entre nous. Il n’est pas rare de retrouver son vaisseau coincé dans un décor et refusant du coup de décoller.

Avec la technologie actuelle, il n’est pas possible de charger entièrement l’aire de jeu qui, on le rappelle, est censé être infini. Ce qui cause un clipping absolument ignoble et une distance d’affichage juste passable. L’aléatoire posera également des problèmes au Chasseur de trophée tant la moindre action est du coup… aléatoire, vous l’aurez compris. Par exemple, pour certains trophées, il vous sera demandé de répertorier toute la faune de plusieurs planètes. Sauf que vous pouvez y passer 2 heures comme 20 heures pour faire pop toutes les espèces. 

Pour continuer à ternir le tableau, on comprend très rapidement dans No Man’s Sky que l’on est voué à faire la même chose jusqu’à plus soif. Farming de ressource, améliorer sa technologie, se faire de l’argent et partir sur une autre planète. Le problème est accentué également par les points d’intérêts disposés aléatoirement sur la carte qui sont toujours la même chose. Pour finir, le gameplay se trouve également être plus que flottant, proposant des gunfight mous et un pilotage de vaisseaux sans finesse.

No Man's Sky_20160815230931

No Man’s Sky : Que la force soit avec toi

Pour finir, No Man’s Sky n’est pas une expérience déplaisante et fait figure de vent de fraîcheur dans l’industrie. L’amateur de découverte trouvera en lui le parfait jeu détente, à contempler paysages et autres curiosités. Les joueurs ayant constamment besoin d’être assistés perdront pied trop rapidement pour l’apprécier. Personnellement, si une partie du soft m’énerve terriblement, j’ai trouvé dans No Man’s Sky un échappatoire à l’ennui en me créant ma propre aventure et mes propres limites. Je continue toujours d’être sur le soft et je compte bien viser le trophée platine.

Ma note

3 coffee

Test sur une version PS4

Les captures d’écrans sont fait maison par le share de la PS4

 

6 réflexions sur “ No Man’s Sky : Vers l’infini et au delà ”

  1. Ah ben tu vois tu te lances à la chasse aux trophées toi aussi (je sais que tu le fais uniquement parce que tu apprécies le jeu ) ;). Je me demande pas si, à la base, ce projet n’était pas trop ambitieux pour ce si petit studio. Il me rappelle beaucoup Wander, dont j’ai parlé plus tôt dans le mois. On est plus dans la contemplation que dans l’action. J’ai eu le sentiment que le jeu diviserait tout de suite car il est assez éloigné des codes habituels et il faut dire ce qui est, la plupart des joueurs aiment être assistés….

    Aimé par 1 personne

    1. Le platine sur No Man’s Sky c’est également un moyen de te dire que tu as « fini » le jeu. ^^

      Oui le projet est clairement trop ambitieux pour l’équipe à la base, je pense qu’ils ne s’attendaient pas au buzz qu’ils ont eu avec le premier trailer diffusé et après bah il faut assurer dernière. Les gens oublient que c’est un jeu indépendant développé par une petite équipe et non pas une structure à la Ubi.

      Aimé par 1 personne

  2. Je trouve que justement, l’aventure repose absolument pas sur l’imagination comme dans FTL. On nous montre tout, (hélas) Perso’, je l’attendais pas et heureusement j’imagine pas la déception des joueurs (jouant sur PC le jeu était tellement buggué que c’était injouable.) J’ai eu l’occasion d’y jouer une heure ou deux et plus jamais. La comm’ de Sony à pour moi, tué le jeu. Il aurait pu être un petit jeu indé acceptable à 10/15€ et c’est vendu comme un AAA à 70€ sur console (l’arnaque!) dommage pour lui.

    Aimé par 1 personne

    1. Comme dans FIL ? Pour le coup l’accronyme ne me dit rien ^^

      Je suis d’accord que la com autour du titre est catastrophique et qu’ils sont clairement en train d’essuyer les plêtres à cause de cela. Par contre, je ne trouve pas que le jeu soit mauvais. C’est dépaysant et oui, je trouve que l’aventure repose sur l’imagination (du moins c’est comme ça que j’ai abordé le jeu). Après ça n’excuse pas le fait que le jeu ne soit pas vraiment fini. Le but de l’article était de faire ressortir ses bons côtés face à l’avalanche de haine sur le net. 🙂

      J'aime

      1. F T L un jeu de strat super bien et chronophage. 😀
        Bah buggué comme il était a sa sortie c’était injouable. Le calibrage sur PC était horrible, fallait une machine de guerre pour faire tourner le jeu sans lague. Dommage!
        Mais je comprends, faut prendre ça comme un vrai jeu indé, dev’ par 15 dudes, mais beaucoup trop poussé par sony. Encore un an de dev’ lui aurait pas fait de mal.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s