Ciné En Vrac : Insaisissable 2, Agents Presque Secrets et Dernier Train Pour Busan

Dans « ciné en vrac« , je vous donne mon avis sur les derniers films que j’ai pu voir au cinéma ces dernières semaines et pour lesquels je n’ai pas eu le temps (ou l’envie pour certains…) de faire une chronique dédiée, à savoir Insaisissable 2, Agents Presque Secrets et Dernier Train Pour Busan ! Enjoy !

Insaisissable 2

Afficher l'image d'origine

Un an après avoir surpassé le FBI et acquis l’admiration du grand public grâce à leurs tours exceptionnels, les 4 Cavaliers reviennent ! Pour leur retour sur le devant de la scène, ils vont dénoncer les méthodes peu orthodoxes d’un magnat de la technologie à la tête d’une vaste organisation criminelle.

Allociné

Difficile de faire une suite à un premier film qui, au final, se suffisait en lui-même… (les joies des franchises) et selon moi le pari est bien raté. Le premier opus m’avait pris au dépourvu avec son casting trois étoiles et malgré des problèmes évidents, il était une bonne surprise possédant quelques bonnes idées. Insaisissable 2, c’est un peu tout l’inverse, tant il ne corrige pas les problèmes de son grand frère et même les amplifie. Le casting haut de gamme est toujours présent et on y rajoute même un Daniel Radcliffe tâtonnant et pas convaincant dans son rôle (j’ai beaucoup de mal avec lui je vous l’accorde), ainsi que Lizzy Caplan bien mieux qu’Isla Fisher en remplaçante. Une meilleure place est également faite à l’écran pour les personnages secondaires de l’équipe tel que Dave Franco et le génial Woody Harrelson, ce qui est un point appréciable. Le problème du film vient encore une fois de sa construction bancale et de son rythme en dent de scie. On est dans la catégorie de film où les personnages résolvent les problèmes en parlant trop vite, pour faire croire au spectateur qu’il se passe quelque chose d’incroyable… mais en fait non, ça ne marche pas et on nous prend encore une fois pour des cons. Le point m’énervant le plus, cependant, vient des « tours de magies ». Dans le premier Louis Leterrier avait largement communiqué sur le fait que chaque tours étaient fait manuellement et qu’aucun effets n’étaient en numérique, ce qui les rendaient d’autant plus impressionnants. Dans cette suite, on perd ce « détail » et on se retrouve dans du grand n’importe quoi, passable pour un blockbuster, mais ridicule pour une licence qui avait joué ses premières heures sur ce détail. Un film divertissant, mais rapidement oubliable. Rejoignant la liste des blockbusters décevants de l’été.

2 coffee

Agents Presques Secrets

Afficher l'image d'origine

Un ancien geek devenu agent d’élite à la CIA, revient chez lui à l’occasion de la réunion des anciens du lycée dont il était à l’époque le souffre-douleur. Se vantant d’être sur une affaire top secrète, il recrute alors pour le seconder le gars le plus populaire de sa promo d’alors, aujourd’hui comptable désabusé. Avant même que notre col blanc ne réalise ce dans quoi il s’est embarqué, il est trop tard pour faire marche arrière. Le voilà propulsé sans autre cérémonie par son nouveau « meilleur ami » dans le monde du contre-espionnage où, sous le feu croisé des balles et des trahisons, les statistiques de leur survie deviennent bien difficile à chiffrer… même pour un comptable.

Allociné

Le buddy movie est un genre parfait pour poser son cerveau un temps et profiter d’une bonne comédie d’action. Bien sûr il y en a des bons, des mauvais… mais je dois dire que  Agent Presque Secret s’en sort plutôt bien. Quand tu mets dans le même bateau deux des acteurs les plus prolifiques et rentables d’Hollywood (à savoir Dwayne « The Rock » Johson et Kevin Hart), on est en droit d’attendre des étincelles. Si, au final, le film est hyper classique pour le genre, tout repose sur son duo vedette à travers lequel l’alchimie est bien présente. Il est même surprenant de voir les acteurs à contre emploi car si Kevin Hart fait du Kevin Hart, il devient l’élément sérieux du duo au côté d’un Dwayne Johson décidément à l’aise dans tous les genres avec son sourire à toute épreuve et au potentiel comique bien présent. Si il nous avait déjà donné un aperçu dans le génial No Pain No Gain, il campe ici un agent de la CIA à contre courant, adorateur des licornes et portant en toute circonstance sa banane au tour de la taille. Dans le genre, le film est efficace mais ce sera forcément un gros plus d’apprécier les acteurs. A noter également le petit rôle d’Aaron Paul qui fait plaisir à voir sur grand écran. Un bon divertissement.

3 coffee

Dernier Train Pour Busan

Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l’état d’urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu’à Busan, l’unique ville où ils seront en sécurité…

Allociné

Film d’infectés (et non pas de zombies, nuance), Dernier Train Pour Busan nous vient tout droit de Corée du Sud qui décidément, regorge dans son industrie cinématographique de bonnes (géniales, fabuleuses, extraordinaires) surprises. Premier film « live » de son réalisateur, Dernier Train Pour Busan a quasiment tout pour lui. En commençant par une photographique à toute épreuve avec une réalisation des plus soignée, mêlant efficacement le réel et le fantastique. Le fameux train est le lieu central du film et il donne lieu à de nombreuses idées de réalisation qui ne sont pas sans rappeler le (déjà) fabuleux Snowpiercer. On ressent sa longueur, le danger et cette tension de traverser le train entouré de cette mort permanente. Même si on n’évite pas certains personnages un peu stéréotypés sur les bords, ils sont pour la majorité développés efficacement et met en avant, comme Snowpiercer (décidément), la différence de classes, le capitalisme et l’égoïsme de l’homme dans ce monde en proie au chaos. Quand monsieur tout le monde doit devenir le héro de sa propre histoire avec ses propres faiblesses pour survivre… mais qui n’évite pas une partie mélodrame/pathos un peu trop présent sur la fin. Un film touchant et plein de bonnes intentions. Quand Snowpiercer rencontre 28 jours plus tard ça donne des étincelles. En haut du classement de mes films de l’année.

45-coffee

4 réflexions sur “ Ciné En Vrac : Insaisissable 2, Agents Presque Secrets et Dernier Train Pour Busan ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s