Serial Crash Test : Shooter, Sweet/Vicious & Incorporated

Au programme de ce nouveau Serial Crash Test : une adaptation d’un film de Mark Wahlberg sur la chaîne USA, une super-héroine faisant partie des confréries étudiantes sur MTV et une ambitieuse série dystopique sur Syfy. Alors, on les continue ces séries ?

Serial Crash Test est une chronique se basant uniquement sur le pilote des séries citées.

Shooter

Afficher l'image d'origine

Bob Lee Swagger, un ancien tireur d’élite au sein des Marines, reprend du service pour déjouer une tentative d’assassinat à l’encontre du président des États-Unis. Mais lorsqu’il se retrouve accusé du crime, il va devoir se servir de tout ce qu’il a appris au cours de sa carrière pour retrouver les vrais coupables et faire payer ceux qui l’ont piégé.

Synopsis Allociné

Shooter est l’adaptation télévisuelle du film du même nom, sorti en 2007 avec Mark Wahlberg dans le rôle titre. Si ce n’était pas le film le plus marquant qu’il soit à l’époque de sa sortie, le long métrage a pourtant l’air d’avoir une sympathie suffisante à son encontre pour justifier une adaptation. Soit. Exit donc Mark Wahlberg devant la caméra (mais qui devient producteur du show) et bonjour Ryan Phillippe, généralement habitué aux films de genre (Souviens-toi… l’été dernier). Il se trouve être plutôt convaincant dans le rôle de cet ancien tireur d’élite, traumatisé par la guerre et piégé lors d’une tentative d’assassinat du président américain. Le premier constat à la vision qui choque, c’est le mimétisme millimétré de l’histoire sur celle du film. A ce rythme-là, le film est plié en 3 épisodes et que restera-t-il à dire après ? Mystère, mais je doute que ça dure bien longtemps. En attendant, avec ce premier épisode, le rythme est présent et la photographie également. Un manque d’originalité, mais le contrat est rempli.

35-coffee

Sweet/Vicious

Afficher l'image d'origine

Durant la journée, Jules est la parfaite étudiante américaine. Elle fait même partie d’une des confréries de son université. Mais cette dernière garde un lourd secret : elle a été victime d’un viol commis sur le campus. Bien décidée à faire payer le responsable et à empêcher que cela ne se reproduise, Jules décide de faire justice, elle-même, la nuit. Aidée par Ophelia, une étudiante en droit, hacker et dealer, elle part en quête de vengeance…

Synopsis Allociné

Avec MTV, on ne sait jamais sur quel pied danser. La chaîne musicale de référence des 90′ est capable depuis sa reconversion dans la série télévisée, du pire avec Les Chroniques de Shannara, du sympathique avec l’adaptation de Scream et de… Teen Wolf (pour lequel je n’ai pas d’adjectif adéquat). Sweet/Vicious… se trouve tout en bas de l’échelle, loin, très loin des autres en terme de ratage absolu. Le sujet du viol est plutôt une question délicate à aborder et sur une chaîne comme MTV, il fallait forcément une bonne grosse touche teenage. La série a ainsi le cul entre deux chaises constamment en jonglant entre drama et comédie. Sur le bilan de ce pilote, la série rate les deux chaises en même temps tant le comique tombe à plat dès les premières secondes et le drama est trop parasité pour apporter une quelconque touche… dramatique. Un gros ratage où, ni la réalisation, ni la photographie, ni la narration, ni le rythme et encore moins les acteurs arrivent à sortir la moindre étincelle. Candidat au titre du pire pilote de l’année.

05-coffee

Incorporated

Afficher l'image d'origine

L’action se passe en 2062 à une époque où toutes nos craintes actuelles se sont réalisées : climat déréglé, planète ravagée, urbanisme de retour au moyen-âge… La série illustre le pouvoir envahissant des corporations, l’amassement considérable des richesses au profit d’un petit nombre, et la destruction des structures publiques communes.

Synopsis Sens-Critique

Pour ceux qui suivent régulièrement les Serial Crash Test, vous le savez, je suis loin d’avoir été tendre avec les nouveauté SyFy de cette saison. VanHelsingAftermath… seul Channel Zero avait réussi à tirer son épingle du jeu en titillant l’horreur avec les creepypasta. Et bien je suis ravi de dire qu’avec Incorporated, la chaîne récidive en nous livrant une très bonne mise en bouche pleine de promesse. A mi-chemin entre l’esthétique de Minority Report et la froideur technologique de Bienvenue à Gattaca. Sa science-fiction, Incorporated l’a créé sur une dystopie post-apocalyptique classique. Après certains événements ayant détruits la civilisation que l’on connait, la population se sépare en deux avec d’un côté les riches, organisés et à la pointe de la technologie, et de l’autre les pauvres vivant comme du bétail dans des bidonvilles. Si tout cela est bien classique, le show le traite suffisamment bien avec Sean Teale (Reign) dans le rôle titre. Issu des bas quartiers, il est un personnage mystérieux et dangereux, qui va essayer de défier le système mis en place dans ses propres intérêts. Si le casting dans son ensemble est un bon point, la photographie de cet univers made in SyFy est soigné, avec ces effets spéciaux pas si basique qu’à l’accoutumée sur la chaîne. Reste à voir toutes les promesses ne sont pas gâchées par la suite, mais SyFy tient un show sombre et adulte qui pourrait bien créer la surprise.

4 coffee

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s