Ghost in the Shell : L’adaptation Honteuse ?

Bien au delà de la simple sphère du manga ou de l’animation Japonaise, Ghost in the Shell est devenue une oeuvre culte. Un culte que l’on doit surtout au film d’animation de Mamoru Oshii sorti en 1995 et qui est tiré du manga du même nom de Masamune Shirow. Une oeuvre fondatrice de la science-fiction moderne qui n’a pas échappé aux majors d’Hollywood… mais alors, que donne la version 2017 de Ghost in the Shell avec Scarlett Johansson dans le rôle titre ?

Ghost in the Shell

gits_trailer-1200x675.jpg

L’adaptation Honteuse ?

Agréablement surpris, c’est la sensation que j’ai eu en sortant du cinéma pour Ghost in the Shell version 2017. Il faut dire que je n’attendais absolument rien de ce projet qui avait tout de la sombre mascarade Hollywoodienne. Un projet casse gueule, loin d’être parfait, mais qui fait suffisamment bien le job pour être regardable par le commun des mortels. En terme d’adaptation, c’est ce qui différencie Ghost in the Shell de Assassin’s Creed sorti en fin d’année dernière par exemple. Car à la différence du long métrage de Justin Kurzel, celui de Rupert Sanders trouve un bel équilibre entre la drague faite aux fans de la première heure et l’adaptation formelle pour le grand public. Mais, avant de me prendre les foudres des fans en colère, bien entendu qu’en comparaison du classique de l’animation, cette nouvelle adaptation perd énormément sur le fond de l’histoire.

Les raccourcis du récit sont nombreux, l’édulcoration des thèmes également, mais le tout sert l’adaptation tel que l’on nous propose de la découvrir. Il manque cette étincelle d’audace, celle qui nous aurait fait réfléchir à notre condition humaine ainsi qu’au transhumanisme et qui aurait pu transcender le projet au niveau d’un Blade Runner, mais dans les faits, la proposition reste solide pour un blockbuster moderne. Le film se suffit à lui-même et ouvre suffisamment bien son univers au public qu’il vise, sans être foncièrement honteux pour les autres. Le problème majeur qui ressort de l’édulcoration du fond, c’est que de nos jours, le récit proposé devient beaucoup trop classique. On a la fâcheuse impression de l’avoir subi ces 20 dernières années dans la majorité des films de science-fiction, alors qu’ils sont eux-même des héritiers directs de Ghost in the Shell. Sans l’étincelle du fond, il aurait fallu probablement transformer entièrement le récit, quitte à renier son héritage.

Ghost In The Shell : Photo Scarlett Johansson

project 2501

Si sur le fond le film est classique et manque d’audace, la forme, elle, a reçu un soin tout particulier. Ghost in the Shell fait partie de ces films visuellement impressionnants, mariant l’extrémisme du numérique au minimalisme des décors naturels. Les panorama de New Tokyo sont en majorité splendides et fourmillent de nombreux détails. Pour un monde rongé par le bas-fond du transhumanisme, c’est peut-être trop propre, trop épuré et aurait gagné à être plus organique, plus viscérale, mais la proposition fait tout de même mouche. Le tout est bien aidé par Rupert Sanders qui n’est pas qu’un simple Yesman, contrairement à ce que l’on aurait pu croire. Il nous propose des cadrages et une photographie plutôt efficace, avec quelques bonnes idées de réalisation bien trouvées. Cependant, si on ressent un certain amour de sa part pour le matériel de base, les bonnes idées ne sont pas toujours entièrement abouties et on se dit souvent « dommage, tu aurais pu aller encore plus loin ». La faute aux studios ? Probablement.

On finira cette chronique en n’oubliant pas le casting hétéroclite du long métrage. En particulier de Scarlett Johansson vu qu’elle était largement attendue au tournant. Bien loin de la polémique de Whitewashing  entourant le film et dont je me contrefous (de la bouche même de Mamoru Oshii, n’importe quel acteur/actrice pourrait faire le rôle vu que l’on parle d’une enveloppe synthétique ! Autant en prendre une qui remplie les salles), son jeu d’actrice manque de justesse. Elle force bien souvent trop les traits de son personnage. Ses mouvements, ses expressions, sa démarche, le tout manque de fluidité et fait trop robotique, en confondant jouer un robot plutôt qu’un être synthétique. Heureusement pour nous, le reste du casting est bien plus agréable à voir. Le nouveau venu Pilou Asbæk nous offre un Batou agréable et sera la vraie découverte du casting, en jouant un personnage plus humain qu’à l’origine (qui était inspiré à la base par Arnold Schwarzenegger). Voir Takeshi Kitano en Daisuke, bien que peu mis en avant, est également un excellent gulty-pleasure.

Ghost In The Shell : Photo

Pour conclure, Ghost in the Shell n’est pas l’adaptation honteuse que l’on aurait pu croire. Je suis resté surpris par la proposition, bien plus propre que tous mes pronostiques à son égards. Si tout n’est pas parfait, en particulier sur le fond, le film est suffisamment honnête pour pouvoir passer un moment agréable à l’œil, peu importe votre rapport avec l’oeuvre de base. On aurait aimé avoir plus, avoir un classique moderne, mais dans les faits ce n’est pas non plus une catastrophe. C’est déjà un tour de force appréciable pour une adaptation aussi casse gueule.

3 coffee

3 réflexions sur “ Ghost in the Shell : L’adaptation Honteuse ? ”

  1. Il est bien alors à ce que je lis… Tu me conseillerais d’aller le voir ? Disons si j’ai un budget limité et que je peux voir qu’un film sorti en salle en ce moment, je dois quand même aller le voir ? Dsl pour mes questions débiles mais j’ai toujours beaucoup apprécié Ghost in the shell… T’as changé de logo ? C’est plus coffee quest c’est captain coffee ^^

    J'aime

    1. Hum… ça dépend en fonction de ce que tu attends du film. Si tu es prête à faire des concessions sur ce que tu connais déjà de l’univers, le film est une bonne « vulgarisation » à destination d’un public plus large. daProject qui était avec moi et qui est un fan hardcore l’a trouvé très mauvais. Je te conseille de te faire ton propre avis, mais je ne veux pas être responsable d’avoir gâché ta séance ciné du mois. :p

      Captain Coffee c’est plus une mascotte qu’un véritable logo, je travaille encore (et encore (et encore)) sur le visuel du blog. Je ne suis jamais satisfait ! mdr

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s