Dragon Ball Super t.1 : Un retour au goût amer

Cha La, Head Cha La…. pardon, au moment décrire cette chronique la première chose qui me vient à l’esprit est le fameux générique DBZ. Il faut dire que Dragon Ball a su marquer plusieurs générations de son empreinte, aussi bien par son manga que par son animé. Aujourd’hui, on s’intéresse au retour en fanfare de Goku et de sa bande dans leur version Super, avec le premier tome disponible aux éditions Glenat depuis début Avril.

Dragon Ball Super t.1

21988.jpeg

Un retour des plus amers

Je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter Dragon Ball, l’ensemble de la population mondiale connaissant au minimum le nom du Shonen de Akira Toriyama. Cependant, si vous vivez dans une grotte en vous nourrissant de gland, vous êtes peut-être passé à côté de son retour tant attendu et baptisé Dragon Ball Super. Une série d’animation est même diffusée sur le sol nippon depuis 80 d’épisodes. Un animé avant le manga en lui-même ? Et bien oui… au grand dam de ceux préférant le papier à l’animation, comme moi. Heureusement cette injustice est aujourd’hui révolue, mais elle laisse un gout amer en bouche. On n’aurait peut-être jamais du rouvrir la boite de pandore.

Si Dragon Ball Super version animation est ce qu’elle est, à savoir une série moyenne pour surfer sur une licence possédant toujours autant de fans, sa déclinaison papier est pour le moment largement moins recommandable. Le majeur problème étant, comme je le dis plus haut, qu’elle est une « déclinaison » et non pas la pièce maîtresse sur l’échiquier. Ils (éditeur ? auteur ?) ont ainsi eu la bonne idée de bâcler en un temps record les deux premiers arcs sous prétexte que nous les avions déjà vu en série (ou en film). Un non respect assez spectaculaire pour ceux se préservant de voir la série afin favoriser la lecture. Ainsi le premier Arc « Battle of Gods » est fait en deux petits chapitres, alors que le second arc « Résurrection of F« , est quant à lui résumé… en une simple petite case au début de l’arc suivant ! N’ayant pas vu le film, ni la série jusqu’à ce point (et ne comptant pas le faire), autant dire que ma lecture fut largement amer ! Le manga ne devenant qu’un simple faire valoir de la série d’animation.

Résultat de recherche d'images pour "dragon ball super manga"

La magie a disparu

Deux chapitres et une case plus loin, nous voici donc au début du 3eme arc qui prendra la majeure partie de ce tome. Un tournoi intergalactique composé des meilleurs combattants de deux univers parallèles… mais manquant cruellement d’originalité et d’enjeux. C’est probablement l’arc le moins intéressant (pour le moment ?) de toute l’histoire de Dragon Ball. Le tout traduit grandement un manque de volonté flagrant d’innover, afin de voguer sur des personnages et thématiques déjà acquises par le passé, en rendant les nouveaux venus à peine dispensables.  J’en viens même à me demander si je ne préfère pas Dragon Ball GT, qui avait au moins le mérite de faire bouger la fourmilière.

J’ai occulté l’information depuis le début de cette chronique, le dessin n’est plus signé par Toriyama. Pour l’occasion c’est Toyotaro qui récupère les crayons et on peut dire que ça ne choque pas forcément.  Si dans l’exercice de singer le dessin de son sensei, il se trouve être hésitant et manquant de dynamisme en début de tome, ça s’améliore par la suite, mais ne trouve pas encore un style propre. Je comprends le fait de devoir faire du Toriyama pour vendre du Dragon Ball, mais d’en récupérer la composition générale sans en maîtriser complètement le style, contribue à l’impression d’un dessin figé, sans génie apparent.

Résultat de recherche d'images pour "dragon ball super manga tome 1"

Cha La, Head Cha La

J’ai même eu la fâcheuse impression que Dragon Ball n’a pas évolué d’un pouce depuis sa « fin » et a même régressé afin de s’adresser à un nouveau public, plus jeune, au lieu d’un public historique ayant grandi avec. Sorti tout droit du formol, Dragon Ball Super ressemble ainsi en tout point à un shonen d’un temps révolu, ayant éclipsé l’évolution du genre pendant toutes ces années et se retrouvant donc largement dépassé par la concurrence, que ce soit scénaristiquement ou artistiquement. En comparaison, courez lire My Hero Academia, qui est bien plus en phase avec notre époque et est (pour moi) la référence actuelle du shonen. Vous l’aurez compris, ce premier tome de Dragon Ball Super est très loin de m’avoir convaincu. J’attendrais d’avoir le second tome entre les mains avant de signer le glas de la série, mais il a de forte chance que j’abandonne si le niveau ne remonte pas.

15-coffee

Je vous laisse avec un hommage de Cha La Head Cha La, par un candidat de The Voice en Thailand, pour oublier la mascarade Dragon Ball Super.

8 réflexions sur “ Dragon Ball Super t.1 : Un retour au goût amer ”

  1. J’ai regardé une trentaine d’épisodes de l’anime à leur sortie (j’avais beaucoup de temps à perdre, oui) et c’était douloureux. On m’a dit le plus grand bien du manga, qui serait largement supérieur, mais je dois dire que cette critique m’a coupé l’envie d’essayer…

    Aimé par 1 personne

    1. Pour l’animé j’ai regardé seulement le premier arc avant de lâcher l’affaire. Je ne peux pas encore te conseiller le manga si tu t’attends à mieux, à voir avec le second tome… mais pour le moment, c’est seulement un produit qui est tout sauf respectueux des lecteurs. :/

      J'aime

  2. Je ne te cache pas que même maintenant, je suis loin d’être convaincu surtout après un combat Goku SSJGODBLUE blablabla contre un C-17… C-17 est SSJ1+ voire soyons fous et imaginons qu’il soit devenu SSJ2 en terme de puissance…
    Néanmoins SSJGODBLUE > SSJGOD > SSJ3 > SSJ2 …

    Vivement le tournoi mais bon, de nombreuses irrégularités sont exténuantes comme la présence d’un Krillin présent dans un tournoi ( ils auraient pu lui enseigner le kaioken ou je ne sais quoi ).

    Aimé par 1 personne

  3. Bon ben selon les critères de Coffeequest je suis de celles qui vivent dans une grotte en se nourrissant de gland (même si je préfère les cookies aux noix de pécan ^^). Alors comme ça c’est nul Dragon Ball Super ? Ça m’étonne qu’à moitié pour tout te dire… Les suites d’oeuvres méga populaires c’est souvent décevants. On verra si Boruto fera aussi bien que Naruto et Naruto Shippuden par exemple même si je sais que c’est pas comparable ! Tu sais pourquoi ils ont mis Toriyama sur la touche du coup ? Quel affront en tout cas ! Bisou à toi et ta belle !

    Aimé par 1 personne

    1. Pour Toriyama, il s’est mis sur la touche lui-même. Dragon Ball Super est clairement une commande de l’éditeur et il n’a jamais vraiment voulu relancer son titre avant. Un gros chèque a dû suffire pour mettre son nom en tant que scénariste…

      Je n’ai pas encore craqué pour Boruto, mais si ça arrive, j’en parlerai probablement pour en faire une comparaison.

      Merci pour ton commentaire, bise à toi et je valide les cookies aux noix de pécan ! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s