CQAwards 2017 : Le Bilan Jeux Vidéo

Bonjour à toutes et à tous !

La fin de l’année approche et l’heure est ainsi au bilan. Pour la troisième année consécutive, je vous propose les Coffee Quest Awards, mais dans une formule un poil différente qu’auparavant. Cette première partie se concentre sur le jeu vidéo, mais je vous donne rendez-vous dès la semaine prochaine sur le blog pour le bilan cinéma ! Alors, qui succède cette année à Fallout 4 en 2015 et Ratchet & Clank en 2016 ?

NieR : Automata

Celui qui possède une âme

Le jeu vidéo est-il un art ? C’est la question que je vous ai posé l’année dernière dans un dossier écrit avec ma plus belle plume. A ce moment-là, je mettais en avant l’interactivité comme le point central de l’art numérique, appuyé par une vision d’auteur dans un consensus collectif, comme peut avoir le rôle du réalisateur pour un long métrage. Cette année, nous avons eu la chance de voir apparaître NieR : Automata, qui s’intègre parfaitement dans ma définition précédente. Yoko Taro, son créateur, s’amuse de nous, aussi bien dans les subtilités de ses mécanismes de jeu et de nos connaissances du média, que par son récit à tiroirs et son univers. Un titre unique qui demande un investissement certain pour en comprendre toutes ses subtilités. Alors pourquoi le mettre dernier de mon classement ? Si j’ai adoré parcourir le titre (et pas seulement pour la petite culotte de 2B), il souffre pour moi de la comparaison avec son aîné, Nier premier du nom, qui possédait des thèmes et des personnages qui me parlaient beaucoup plus. Ce n’est cependant pas une raison de bouder son plaisir et je vous encourage à faire (si ce n’est pas déjà fait) un jeu qui restera probablement culte dans les années à venir !

Résultat de recherche d'images pour "nier automata"

Mass Effect Andromeda

Celui qui déchaîne les passions

Le cas Mass Effect Andromeda a su déchaîner les passions à sa sortie pour devenir le vilain petit canard de l’année, celui que tout le monde déteste sans vraiment savoir pourquoi. La plupart des joueurs n’auront même pas pris le temps de le découvrir en se laissant border par les critiques assassines de la presse spécialisée, grattant seulement la surface du titre. Alors effectivement, le titre n’a pas grand chose à voir avec la trilogie précédente en terme d’intensité et de ton. Mais est-ce un mal pour autant ? Aucunement. L’histoire du commandant Shepard était bel et bien fini et il fallait passer à autre chose. Ce que Mass Effect Andromeda fait remarquablement bien. On change de personnage, d’équipe, de galaxie et donc de ton, tout en retrouvant cet univers que l’on aime tant. En terme de gameplay, il offre une intensité, une verticalité et une ouverture bien plus appréciable que dans les précédents, devenant enfin un jeu agréable à jouer dans ses gunfight (j’ai beau être un énorme fan de la première trilogie, ce n’était clairement pas le point fort des précédents). Le plus triste étant que l’on aura probablement jamais de suite, qui aurait probablement passé la vitesse supérieure tout comme Mass Effect 2 en son temps. Des fois, je ne me reconnais ni dans la presse, ni dans les joueurs.

Résultat de recherche d'images pour "mass effect andromeda"

Assassin’s creed Origins

Celui qui revient d’entre les morts

Après la déconvenue Syndicate et le long métrage sortie l’année dernière, je n’attendais rien d’Assassin’s Creed Origins. Et pourtant, tel un phénix revenu d’entre les morts, Ubisoft a su avec cet épisode faire revivre en moi les émois du fan de la première heure, celui qui voulait s’immerger pleinement dans une époque en oubliant tout le reste autour. Sans modifier en profondeur les fondements de la série, les changements dans le gameplay d’Origins offrent enfin la souplesse que l’on attendait, tout en étant bien plus exigeant manette en main. Fini également les quêtes fedex de remplissage, la majorité de celles de cet épisode étant dorénavant scénarisées. Que dire aussi de ce monde ouvert, magnifique et vivant, qui ne demande qu’à être exploré à la recherche du moindre secret ou tout simplement d’un moment de détente au bord du Nil. Je me suis pris plusieurs fois à flâner sur ma pirogue pour chasser le crocodile avec mon arc sans que ce ne soit justifié par une quelconque quête. Une liberté et un plaisir que je n’avais pas ressenti dans un monde ouvert depuis… Assassin’s Creed Black Flag et ses chants de pirate quand on naviguait sur les mers des Caraïbes. Assassin’s Creed Origins est une réussite et j’espère que la suite de la licence suivra le même chemin.

Résultat de recherche d'images pour "assassin's creed origins"

Super Mario Odyssey

Celui qui côtoie les étoiles

Premier jeu que j’ai lancé sur ma Nintendo Switch, Super Mario Odyssey est la bouffée d’air frais dont j’avais besoin pour finir l’année en beauté. Dès les premières minutes la magie Nintendo opère avec cette instantanéité dans le gameplay qui fait toujours de Mario le maître étalon de l’accessibilité. Sans jamais être déstabilisé par la composition générale, on est toujours surpris par les idées qui transpirent à tout instant de cette invitation au voyage. Jouer à Super Mario Odyssey, c’est retrouver ce vieux pote que l’on n’avait pas vu depuis des lustres, mais avec qui on arrive toujours à trouver un point d’intérêt pour passer un bon moment. D’autant plus que je n’avais plus touché à un jeu de la série depuis Super Mario Sunshine sur Gamecube… Certains lui reprochent son avalanche de Lune à dénicher aux quatre coins de chaque monde. Moi au contraire, je trouve ce point comme une force, en partant « chasser des lunes » chaque soir, avec la Switch en mode portable avant de dormir et en prenant son pied avec un gameplay aux petits oignons.  C’est un jeu qu’on grignote au quotidien et rien que pour lui, je ne regrette aucunement ma Nintendo Switch.

Résultat de recherche d'images pour "super mario odyssey"

Nioh

Celui que personne n’attend à cette place

Qui attendait vraiment Nioh quelques mois encore avant sa sortie ? Pas grand monde et pourtant je suis très heureux qu’il ait réussi à faire sensation parmi la presse et une partie des joueurs. Premier jeu que j’ai lancé cette année il a réussi à m’accompagner jusqu’à la fin de celle-ci, que ce soit seul ou en co-op avec un autre joueur (daProject si tu passes par-là !). Au point que j’ai réussi à décrocher le trophée platine (ce qui est loin d’être aisé) et même acheté les DLC, ce que je fais très rarement voire jamais. Souvent comparé à Dark SoulsNioh est avant tout un jeu avec un gameplay riche, précis et sans aucunes concessions et qu’il faut apprivoiser pour pouvoir le tourner à son avantage et espérer voir les crédits de fin. C’est en écrivant ces quelques mots que je me rends compte à quel point il est dur d’expliquer en quoi Nioh est un grand jeu qui prend au tripes de manière viscérale. Mais la chose qui est sûre, c’est que je me rappellerai de lui longtemps.

Résultat de recherche d'images pour "nioh"

Une belle année vidéo-ludique

C’est avec Nioh en grand gagnant que se clôture le focus sur mon top des jeux vidéo de l’année. Une très belle année vidéo-ludique dans l’ensemble où la diversité était le maître-mot. Je ne vais pas rentrer dans un focus pour les déceptions, mais il y en a quand même quelques unes. Pour commencer, et si vous me suivez régulièrement, ça risque de vous surprendre : South Park : L’annale du destin fait un petit plouf. Il nous propose toujours de plonger au plus près d’un épisode de la série, mais reste dans l’ensemble beaucoup plus sage que le précédent, se faisant éclipser par les autres jeux de mon top. Dans le registre du sacrilège pour beaucoup, ma plus grosse déception l’année se nomme Horizon Zero Dawn. Passé l’introduction, le jeu m’a profondément ennuyé et je l’ai abandonné au bout de seulement quelques heures sans aucun bons sentiments envers lui. Puis il y a aussi les jeux que je n’ai pas eu le temps de faire et qui ne rentrent ainsi pas en compte dans mon bilan, comme Prey, Hellblade, The Evil Within 2 ou encore le jeu de l’année pour beaucoup de joueur : The Legend of Zelda : Breath of The Wild


Et vous, quels sont les jeux qui auront marqués votre année de joueur ?


 

 

4 Replies to “CQAwards 2017 : Le Bilan Jeux Vidéo”

  1. J’évite de lire tes mots sur Nier Automata, étant en plein dessus en ce moment, je préfère garder toute la saveur 😀

    Pour le reste, je suis d’accord avec toi sur AC Origins, belle surprise et très gros retour pour la licence. Par contre concernant Nioh, je l’ai trouvé très faible à cause d’un level design sans la moindre inspiration (surtout en comparaison du véritable génie en la matière des Souls…), n’ayant pour lui que son système de combat bien fichu. Du coup je l’ai abandonné passé le troisième monde, en ayant marre de cette succession de couloirs insipides et la répétition des mêmes monstres.

    Aimé par 1 personne

    1. Pour Nioh je pense que c’est justement son gameplay sans fausse note qui m’a fait autant accroché au titre. C’est nerveux, précis et encore plus punitif qu’un Soul si tu ne le maîtrises pas. Pour avoir re-fait le jeu en coop, il offre suffisamment de diversité dans sa proposition pour pouvoir faire des builds totalement différent en fonction du joueur. Je suis d’accord pour le level-design cependant, un peu trop simple quand on sort d’un Bloodborne ou d’un Dark Souls 3. Mais je vois plus le jeu comme une évolution d’un Ninja Gaiden ou d’un Onimusha, donc ça ne m’a pas forcément dérangé. Mais je comprends ton ressenti dessus 🙂

      (Je m’excuse du temps de réponse, avec les fêtes je suis passé à côté de certains commentaires…)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s