[Cinéma] Le Café Ciné – Janvier 2018

La nouvelle année est toujours l’occasion de prendre des bonnes résolutions. Arrêter de fumer, manger plus sain, faire du sport… des grands classiques qui sont souvent abandonnés en cours de route. Mais cette année avec madame Popcorn, on a décidé de ne rien faire de tout cela. Non, nous nous sommes lancés qu’un seul défi pour l’année : celui d’aller voir au minimum un film au cinéma par semaine ! Mais avec un joker cependant. Les nouvelles sorties sur Netflix pouvant également compter dans l’équation. Une envie qui nous est venu suite à nos bilans respectifs sur l’année 2017.

Un bilan peu représentatif d’une industrie toujours plus prolifique en terme de genre et de sortie, alors que nous sommes pourtant détenteur depuis plusieurs années d’une carte LE PASS dans les cinémas Gaumont-Pathé ! Le premier mois de l’année étant dorénavant dernière nous, il est temps de dresser son bilan et autant dire que le défi est pour le moment réussi, avec sur les 5 semaines de janvier : quatre nouveautés vues au cinéma et une sur Netflix. On retrouve ainsi au programme de ce premier bilan : Le Grand Jeu, Downsising, Le Roi de la Polka, Pentagon Papers et Wonder Weel.


Le Grand Jeu

Un film de Aaron Sorkin

Résultat de recherche d'images pour "le grand jeu"

La prodigieuse histoire vraie d’une jeune femme surdouée devenue la reine d’un gigantesque empire du jeu clandestin à Hollywood ! Le succès est immédiat et vertigineux. Acculée par les agents du FBI décidés à la faire tomber, menacée par la mafia russe décidée à faire main basse sur son activité, et harcelée par des célébrités inquiètes qu’elle ne les trahisse, Molly Bloom se retrouve prise entre tous les feux…

Le Grand Jeu est le premier film que nous avons vu cette année et il y a de quoi rester dubitatif à son sujet, car si c’est un film sympathique, il ne me reste pas grand chose de son visionnage quelques semaines après sa sortie. On y suit l’histoire vraie de Molly Bloom, une organisatrice de poker clandestin réservé aux personnalités les plus riches et influentes du star-système hollywoodien. Un rôle de composition pour une Jessica Chastain aussi belle que talentueuse et sur qui le film repose entièrement. Les autres acteurs n’étant de passage seulement dans les différentes tranches de vie du personnage. On nous l’avait vendu comme étant « le loup de Wall Street au féminin » et c’est malheureusement le cas, avec toutes les lourdeurs que cela comporte. Une vie entière résumée en 2h20, comprenant autant des problèmes de temporalité dans la transition des époques traitées, que des longueurs poussives alors que certains points auraient mérité d’être plus développé. Sinon, j’ai déjà dit qu’il y avait Jessica Chastain et du poker ?

6/10


Downsizing

Un film de Alexander Payne

Résultat de recherche d'images pour "downsizing"

Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus permettant de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm : le « downsizing ». Chacun réalise que réduire sa taille est surtout une bonne occasion d’augmenter de façon considérable son niveau de vie. Cette promesse d’un avenir meilleur décide Paul Safranek  et sa femme à abandonner le stress de leur quotidien à Omaha (Nebraska), pour se lancer dans une aventure qui changera leur vie pour toujours.

Downsizing est un gâchis dans le sens où sur le papier il y avait moyen d’en faire un grand film. Un gâchis, car les thèmes que le réalisateur traite à travers son film, on sent qu’il souhaite faire prendre conscience aux spectateurs des problèmes inhérents de notre société moderne, que ce soit social ou écologique, mais les survole sans jamais vraiment se mouiller. Enfin, un gâchis parce que même en tant que comédie dramatique, le downsizing qui donne pourtant son nom au long métrage, n’est jamais vraiment mis en valeur en ne jouant que très peu sur les différences de ce nouveau monde réduit parallèlement au nôtre. A l’image du choix de prendre Matt Damon pour jouer le rôle d’un américain moyen dépassé par les événements qui l’entoure, Downsizing est un film moyen sur tout ce qu’il touche et dépassé par ses ambitions.

5/10


Le Roi de la Polka

De Maya Forbes

Résultat de recherche d'images pour "le roi de la polka"

Dans cette comédie inspirée de faits réels, un chanteur polonais prêt à tout pour connaître le succès aux Etats-Unis entraîne ses fans dans une gigantesque escroquerie.

C’est en flânant en quête de nouveauté sur Netflix que je suis tombé sur Le Roi de la Polka (The Polka King en VO), un biopic avec Jack Black dans le rôle titre et qui est directement distribué par la plateforme chez nous. Avouons-le, un film traitant de la polka ce n’est pas ce qu’il y a de plus sexy et c’est donc essentiellement pour son acteur que nous avons lancé le film. Et sans atteindre les sommets du genre, le long-métrage est une belle surprise qui doit beaucoup au génie de Jack Black, très bon dans le rôle du chanteur polonais qui va devenir malgré lui un minable escroc pour réaliser son rêve américain. On rigole régulièrement devant des situations surréalistes en se demandant fortement comment le vrai chanteur, dont est inspiré le film, a fait pour réussir son coup. Puis la cerise sur le gâteau, c’est que tous les morceaux du film sont vraiment interprété par Jack Black et ne sont pas une simple bande sonore en play-back. Ce qui est toujours mieux pour un biopic musical !

6/10


Pentagon Papers

Un film de Steven Spielberg

Résultat de recherche d'images pour "pentagon papers"

Première femme directrice de la publication du Washington Post, Katharine Graham s’associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d’État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

C’était décidément le mois des histoires vraies en janvier avec la sortie du très attendu Pentagon Papers de Steven Spielberg. Et avec ce long métrage, c’est une double réflexion sur la liberté de la presse et son devoir de vérité vis-à-vis des citoyens qu’effectue le réalisateur. Un sujet délicat qui est mené sans véritable fausse note dans ses enjeux, sa reconstitution historique et sa réalisation de haut niveau. Malgré tout… en se concentrant uniquement sur les journalistes, il y a certaines zones d’ombre qui auraient mérité d’être approfondies. Comme par exemple, les recherches du donneur d’alerte avant qu’il communique les dossiers confidentiels aux journaux, ainsi que le point de vue de l’administration Nixon. Enfin côté acteur, on entend beaucoup parler de Meryl Streep pour son rôle, mais je vais naviguer à contre-courant car je l’ai trouvé larmoyante et inconsistante. Pour moi, elle se fait clairement voler la vedette par Tom Hanks complètement bluffant et bien plus habité par son rôle.

7/10


Wonder Weel

Un film de Woody Allen

Résultat de recherche d'images pour "wonder wheel"

Wonder Wheel croise les trajectoires de quatre personnages, dans l’effervescence du parc d’attraction de Coney Island, dans les années 50 : Ginny, ex-actrice lunatique reconvertie serveuse ; Humpty, opérateur de manège marié à Ginny ; Mickey, séduisant maître-nageur aspirant à devenir dramaturge; et Carolina, fille de Humpty longtemps disparue de la circulation qui se réfugie chez son père pour fuir les gangsters à ses trousses.

Je précise d’emblée pour ceux qui veulent bien l’entendre que les activités et polémiques extra-cinématographique du réalisateur ne m’intéresse absolument pas. Je juge seulement son travail en tant que cinéaste et l’oeuvre qui en découle. Maintenant que c’est dit, je peux vous dire que Wonder Wheel est sans contestation possible mon premier coup de cœur de l’année ! Woody Allen nous livre une tranche de vie noire et d’une cruauté sans pareille. Une croisée des destins brillante quand il s’agit de briser l’espoir de ses protagonistes… sous un magnifique soleil d’été. Le tout est servi par un casting bluffant, que ce soit Juno Temple, Justin Timberlake ou Kate Winsley en chef de file. Un grand film qui est probablement le meilleur de son réalisateur depuis bien longtemps. Impossible de bouder son plaisir devant une si belle réussite.

8/10 avec coup de cœur

 

3 Replies to “[Cinéma] Le Café Ciné – Janvier 2018”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s