Archives pour la catégorie Manga

Boruto t.1 : Naruto Next Generations

Après 15 ans d’existence, Naruto a tiré sa révérence en passant la barre des 72 tomes rien que pour la série mère. Un manga fleuve qui aura marqué de son empreinte toute une génération de lecteurs, au même titre que One Piece ou Dragon Ball. Mais comme un succès ne se lâche pas en si bon chemin, l’univers de Naruto revient aujourd’hui avec Boruto… son fils qui est encore plus casse-cou que lui ! Un retour à suivre ou une énième déception comme Dragon Ball Super ?

Lire la suite Boruto t.1 : Naruto Next Generations

Dragon Ball Super t.1 : Un retour au goût amer

Cha La, Head Cha La…. pardon, au moment décrire cette chronique la première chose qui me vient à l’esprit est le fameux générique DBZ. Il faut dire que Dragon Ball a su marquer plusieurs générations de son empreinte, aussi bien par son manga que par son animé. Aujourd’hui, on s’intéresse au retour en fanfare de Goku et de sa bande dans leur version Super, avec le premier tome disponible aux éditions Glenat depuis début Avril.

Lire la suite Dragon Ball Super t.1 : Un retour au goût amer

TFM2A : Mes mangas préférés

Aujourd’hui, on change des carcans habituels du blog pour venir faire un petit tour par les TFM2A ! Vous ne connaissez pas ce rendez-vous ? Il s’agit en réalité du Top Five Mangas et Animé Addict initié par Romain, alias Gaararyuha, de chez nos amis de Band of Geeks. Le TFM2A est un rendez-vous mensuel qui compte déjà 20 éditions, autant dire que je suis sacrément à la bourre… mais plutôt que de le prendre en cours de route ou de rattraper entièrement mon retard, j’ai décidé de m’attarder sur la 8ème édition (de janvier 2016!) qui avait pour thème : Vos mangas préférés. L’occasion de vous faire connaitre mes goûts en matière de manga et d’ensuite de participer ponctuellement aux futures éditions ! 😉 

Mes Mangas Préférés

ghj.jpg

My Hero Academia

Ce sera le seul manga récent de la sélection, mais je ne pouvais pas ne pas en parler ! My Hero Academia a démarré l’année dernière chez nous aux éditions Ki-oon et compte déjà pas moins de 7 tomes ! Dans un monde où 80 % de la population possèdent des super-pouvoirs ( appelé Alter), voir des supers-héros et supers-vilains dans la vie quotidienne est devenue monnaie courante. On y suit Izuku Midoriya, un collégien faisait partie des 20 % de la population ne possédant aucun super-pouvoir, mais qui rêve depuis sa tendre enfance d’intégrer la Hero Academia. Pour moi le manga de Kohei Horikoshi est le meilleur shonen du moment et le seul à avoir vraiment les épaules pour devenir LA nouvelle référence. J’ai accroché instantanément au mélange des genres empruntant aussi bien aux classiques du shonen, qu’au domaine du comics. Je conseille largement !

Résultat de recherche d'images pour "my hero academia manga"

Love Hina

Enfant des années 90, j’ai vu arriver, après l’avalanche Dragon Ball, la plupart des mangas devenus culte de nos jours. Parmi eux se trouve Love Hina, un shonen sous fond de comédie romantique créé par  Ken Akamatsu (à qui l’on doit également Negima). On y suit l’histoire de Keitarō, un jeune homme de 19 ans qui rêve d’intégrer la prestigieuse école de Tōdai, afin de tenir la promesse qu’il a faite à une fille quinze ans plus tôt. Malheureusement, l’école a depuis fermé et à son arrivée, il se rendra compte que l’école est devenu un pensionnat pour jeunes filles… les ennuis arrivent forcément et Keitarō deviendra le gérant de la pension. Entre romance, quiproquo et nez plein de sang (petite culotte inside), Love Hina est un bonbon à dévorer.

Résultat de recherche d'images pour "love hina manga"

Death Note

On quitte les petites culottes de Love Hina pour quelque chose de bien plus sombre avec Death Note ! Manga événement des années 2000, Death Note est le dernier manga que j’ai lu avant de faire une énorme pause de 10 ans et reprendre l’année dernière. Pourquoi une telle pause ? J’avais tellement adoré l’histoire et la tension qui s’en dégage, que je ne trouvais plus mon compte dans les autres productions de l’époque ! Le duel psychologique entre Light et L et leur dualité face à la mort est tellement intense que encore aujourd’hui, ça reste pour moi une référence du genre.

Image associée

Dragon Ball

Ça n’étonnera personne de voir du Dragon Ball dans ce top, tant le manga a marqué plusieurs générations de lecteurs. Je ne vous ferais pas non plus l’affront de vous présenter l’histoire… cependant il y a une petite nuance ! Si j’aime Dragon Ball dans son ensemble, c’est surtout les premiers tomes quand Goku petit affronte l’armée du ruban rouge, qui remporte mes faveurs. J’adore cette époque avec la découverte de Bulma, Krilin, Tortue Génial, Yamcha… c’est super drôle et frais ! Une époque trop souvent mise de côté par rapport à Dragon Ball Z et je milite pour sa réhabilitation immédiate !

Résultat de recherche d'images pour "dragon ball manga armée du ruban rouge"

GTO

Mais devant même Dragon Ball, le manga m’ayant le plus marqué… c’est le cultissime Great Teacher Onizuka dans ses premières aventures en solo ! Je parle donc bien de GTO et non pas de Young GTO ou de toutes les nouvelles séries sorties après pour surfer sur son succès passé (Shonan 14 Days, Paradise Lost…) et qui sont toutes largement inférieures et sans surprise. GTO c’est 25 tomes de pur bonheur où l’on suit Onizuka, ancien petit caïd qui devient du jour au lendemain professeur dans un lycée pour draguer des étudiantes et développera sa propre manière d’enseigner. Mais sous son air de shonen, GTO c’est également une ode au non-conformisme et à l’Humanité. Qui n’a pas rêvé d’avoir Onizuka comme professeur quand il était jeune sérieusement ?

Résultat de recherche d'images pour "gto manga"

C’est tout pour ma première participation au TFM2A ! Je suis finalement resté plutôt sage en parlant essentiellement de Shonen plutôt célèbres, mais j’aurai pu également citer Gantz, Enfer & Paradis, Devil Devil, Shaman King, Tsubasa Reservoir Chronicle, GetBackers ou encore le début de One Piece et Bleach… qui m’ont tous passionné à un moment ou un autre. Mais j’en reparlerais probablement dans un futur TFM2A ! 

Golden Kamui (t1) : Chasse au trésor en territoire Aïnou

Bonjour à tous,

Je vous l’avais présenté dans l’article sur les nouveautés de la rentrée littéraire, voici que Golden Kamui, la nouveauté Seinen des éditions Ki-Oon pointe enfin le bout de son nez. Le titre était très attendu (du moins par moi qui comptais chaque jour impatiemment sur le calendrier) et a été primé au Japon du prix du meilleur manga de l’année aux Manga Taisho. Ce premier tome de Golden Kamui tient-il ses promesses ?

Golden Kamui : de quoi ça parle ? 

Légende de la guerre russo-japonaise et surnommé « l’immortel », Saichi Sugimoto se retrouve seul et sans argent à la fin de la guerre après une altercation avec un de ses supérieurs. Décidant de devenir chercheur d’or dans la région d’Hokkaido, il apprendra rapidement l’existence d’un immense trésor accumulé par les Aïnous, peuple insulaire vivant en harmonie avec la nature. Trésor qui fut dérobé par un homme maintenant enfermé dans la pire prison qu’il soit. Les seuls indices à sa disposition sont de mystérieux tatouages sur la peau de criminels en fuite. Sauf que Saichi n’est pas le seul à s’intéresser au magot. La chasse au trésor se trouvera être des plus mouvementé que prévu. Il rencontrera sur sa route Ashirpa, une jeune Aïnou avec qui il fera équipe dans sa quête.

p_00032

Golden Kamui : Mon avis 

Véritable plongée dans la région d’Hokkaido du début du XXe Siècle, Golden Kamui est un titre singulier qui dépayse dès les premières pages. Avec son chapitre d’introduction (faisant tout de même près de 60 pages), l’auteur Satoru Noda, nous livre rapidement les premières pistes de son récit. Il démarre ainsi en fanfare sur un flash-back de Saichi pendant la guerre russo-japonaise, démontrant son savoir-faire de la guerre et pourquoi on le surnomme « l’immortel » (Saichi est tout simplement un homme voulant survivre dans l’horreur de la guerre, quoi de plus normal?). Un passif qui lui sera forcément utile pour la suite des aventures qui l’attendent. Cependant, la guerre n’est qu’un prétexte pour la véritable aventure qui nous attend : une chasse au trésor en plein territoire Aïnou.

Les Aïnous sont un peuple insulaire de l’île Hokkaido, se caractérisant par leur forte proximité avec la nature. C’est également le peuple qui a inspiré celui du film Princesse Mononoké du studio Ghibli, pour vous faire une idée.  La grande force de Golden Kamui est celle de réussir à nous livrer un vrai récit d’aventure, d’action et de mystère tout en nous éduquant sur un peuple que l’on connait, au final, très mal chez nous. Le récit est très référencé (on découvre en fin de tome une liste impressionnante d’ouvrages relatifs à la culture Aïnou que l’auteur a utilisé) et ainsi l’auteur nous éduque à cette vie indigène, préférant montrer des techniques de chasse, l’osmose avec la nature et jouer sur la symbolique des mots plutôt que de montrer le destin tragique de ce peuple en déclin (pour le moment du moins).

goldenkamui1_planche2-1024x709

Qui dit techniques de chasse, dit également survie en territoire hostile. Si Saichi porte bien le surnom de « l’immortel », il n’est cependant pas le pendant papier de Bear Grylls et il comprendra rapidement que sa rencontre avec Ashirpa, la jeune Aïnou, ne sera que bénéfique pour sa chasse au trésor. Si il est l’expert en combat, elle est l’experte en survie. Elle lui sera d’ailleurs d’une grande aide dans un combat contre un ours brun qui rappellera des souvenirs aux spectateurs de The Revenant. Un duo singulier qui marche plutôt bien, même si il faudra attendre un peu pour approfondir leur relation.

Un petit mot sur le dessin, qui de prime abord m’a rebuté sévèrement. L’auteur nous livre un travail en finesse avec dynamisme certain dans les scènes d’action, mais j’ai eu beaucoup plus de mal avec les visages tout en rondeur. Un détail qui fut rapidement éclipsé au fur et à mesure de la lecture. Un mot également sur l’édition qui est, encore une fois chez l’éditeur, d’un haut niveau avec du papier solide, des pages couleurs du début de tome et le vernis sélectif sur la couverture.

En conclusion, Golden Kamui est une réussite indéniable qui n’a pas usurpé sa réputation, tant nous sommes devant un récit singulier et dépaysant. A voir si la suite se maintient par la suite, mais Golden Kamui est déjà un Seinen des plus attirants. Après les très bonnes découvertes que sont My Hero Academia, Awaken et Outlaw Players, les éditions Ki-oon frappent (décidément) encore une fois très fort cette année avec ce titre. Je recommande.

Ma note

4 coffee

.

 

My Hero Academia (tome 1 à 4) : Quand le shonen s’inspire du comic-book

Bonjour à tous,

Publié aux éditions Ki-oon, My Hero Academia est, aux côtés du phénomène One Puch Man, le shonen événement à ne pas rater cette année. Pré-publié au Japon depuis maintenant 2 ans dans le fameux magazine Shonen Jump (où a également été publié des classiques tels que Dragon Ball, One Pièce, Naruto ou Bleach), My Hero Academia se veut être l’héritier d’un genre dont les plus célèbres représentants commencent tour à tour à se terminer. Le titre a même été adoubé par l’auteur de Naruto lui-même. Un gage de qualité ?

La série possédant déjà 4 tomes en VF, je fais un tir groupé dans cet article.

myheroacademia
Lâches-moi gamin, c’est l’heure de la chronique !

My Hero Academia : De quoi ça parle ? 

Dans un monde où 80 % de la population possède des super-pouvoirs ( appelé Alter), voir des supers-héros et supers-vilains dans la vie quotidienne est devenue monnaie courante. Parmi les supers-héros, All Might est le plus fort et le plus célèbre d’entre eux. C’est devenu un symbole de paix. Izuku Midoriya, de son côté, est un collégien, fan invétéré de All Might, qui rêve depuis sa tendre enfance d’intégrer la Hero Academia et devenir un super-héro. Seul problème, il fait partit des 20 % de la population ne possédant aucun super-pouvoir. Après avoir été la cible d’un super-vilain, Izuku rencontrera son idole All Might, ce qui changera son destin.

horikoshimyheroacademia-11
« Le meilleur dans sa partie »

My Hero Academia : Mon avis

My Hero Academia possède des codes classiques du shonen. Son héro Izuku est au départ un enfant geignard avec qui la vie n’a pas toujours été tendre. Il est devenu le souffre-douleur de son école et en particulier de son ami d’enfance Katsuki qui possède des pouvoirs extraordinaires. Il a le même rêve que Izuku, à savoir devenir le plus grand des supers-héros. Cependant, son caractère est tout autre. Si Katsuki est incroyablement fort, il est également sanguin, vantard et caractériel au point d’être à la limite du super-héroïsme. Ce contraste donne forcément une rivalité féroce entre les deux personnages comme peut être celle de Naruto/Sasuke dans Naruto. Comme toujours dans ce genre de récit, un élément déclencheur donnera l’opportunité à Izuku de s’élever de son rang actuel pour devenir l’égal de son rival.

Cependant, si le shonen est largement présent dans l’ADN de My Hero Academia (comme pouvait-il en être autrement pour une oeuvre japonaise ?), on sent que l’auteur Kohei Horikoshi a été en parti bercé par la culture de la bulle américaine. Outre le simple pitch de base qui pourrait être les X-men inversé (le racisme et les questions de société en moins), le personnage de All Might vient tout droit du comic-book. Il est le plus fort, le symbole d’un peuple et peut rapidement être affilié à un Superman ou un Captain America évoluant sur l’archipel japonaise. On trouve également pour la séparation entre la plupart des chapitres des fausses couvertures de comics, avec un logo « Jump Comics » qui à lui seul démontre ce rapprochement culturel entre le manga et la bande dessinée américaine.

4902044_6_6c77_une-fois-entres-a-la-hero-academia-les_a3998eff25dd6ab06e2b3e9a124dbe68
Naruto, Bleach, dégagez de notre chemin, on est la future élite !

Parmi les grandes forces de My Hero Academia, c’est la multitude de personnages tous plus sympathiques les uns que les autres que nous propose l’auteur. Pouvoir élémentaire, transformation physique, contrôle des esprits… le panel est large et le caractère bien défini de chacun permet une identification rapide. Au fur et à mesure des chapitres et des tomes, on commence à en apprendre un peu plus sur les autres personnages de la classe d’Izuku qui ne font pas simplement de la figuration face à la menace du premier arc scénaristique qui se termine dans le 3eme tome (pour ceux qui regarde l’animé, la première saison finit à ce moment-là). Un arc introductif aux différents personnages et à une future menace dans l’ombre plutôt efficace, il faut le dire.

L’autre force de My Hero Academia, c’est le dynamisme du récit. Que ce soit dans le dessin ou l’écriture, on ne s’embarrasse pas de chichi, on va droit au but et tout se déroule incroyablement vite tout en étant incroyablement riche en information. Une belle maîtrise du rythme et du cadre qui ne donnent jamais un sentiment d’ennui dans le premier arc. Je reste plus dubitatif quant au second arc qui débute sur une traditionnelle compétition entre étudiants, donnant bien entendu l’occasion de coup de tatane dans la tronche. Cependant, ça débute bien et j’attends de voir où l’auteur nous emmène.

Au final, je n’ai pas grand chose à reprocher à My Hero Academia. On est face à un shonen ultra solide possédant la plupart des codes du genre mais tirant également son inspiration dans le comic-book. Le mélange est réussi. Sommes-nous face à la future référence du shonen maintenant que Naruto et Bleach tirent leur révérence ? Probablement. Pour moi c’est déjà le cas. My Hero Academia, c’est vachement cool.

Ma note

pour le premier arc scénaristique (les 3 premiers tomes)

5 coffee

pour le quatrième tome

4 coffee

hqdefault
C’était sportif comme chronique !

 

manga, comics : Les nouveautés de la rentrée littéraire

Bonjour à tous,

La rentrée littéraire approche enfin à grands pas après 2 mois de disette. Je vous présente ma sélection des titres à surveiller selon moi et ayant été annoncé pour ce second semestre 2016, que ce soit en manga ou en comics car sur Coffee Quest il n’y a pas de discrimination des genres ! 🙂

Manga

Golden Kamui

image-1461854832

Edition Ki-oon

De Satoru Noda

Parution : 28 Août 2016

Saichi Sugimoto est une véritable légende de la guerre russo-japonaise du début du XXesiècle. Surnommé “l’Immortel”, il a survécu aux pires batailles menées dans les régions les plus sauvages qui soient. Mais quand le conflit se termine, il se retrouve seul et sans le sou… C’est alors qu’il apprend l’existence d’un fabuleux trésor de 75 kilos d’or accumulé par les Aïnous, peuple autochtone vivant en harmonie avec la nature. Hélas, le magot a été volé, puis caché par un homme désormais enfermé dans la pire prison d’Hokkaido. Les seuls indices menant au butin sont de mystérieux tatouages inscrits sur la peau de criminels évadés…

Synopsis : Ki-oon

Black Clover

1c

Edition Kazé

De Yûki Tabata

Parution : 7 Septembre 2016

Dans un monde régi par la magie, Yuno et Asta ont grandi ensemble avec un seul but en tête : devenir le prochain Empereur-Mage du royaume de Clover. Mais si le premier est naturellement doué, le deuxième, quant à lui, ne sait pas manipuler la magie. C’est ainsi que lors de la cérémonie d’attribution de leur grimoire, Yuno reçoit le légendaire grimoire au trèfle à quatre feuilles tandis qu’Asta, lui, repart bredouille. Or plus tard, un ancien et mystérieux ouvrage noir décoré d’un trèfle à cinq feuilles surgit devant lui ! Un grimoire d’anti-magie… Plongez dans l’univers fantastique de ce shônen d’aventures ensorcelant !

Synopsis : Kazé

No Guns Life

no-guns-life-270x405

Edition Kana

De Karasuma Tasuku

Parution : 21 Octobre 2016

» Mon nom ? Jûzô Inui.
Depuis la grande guerre, je gagne ma vie dans cette ville grouillante d’Extends : des hommes à qui on a implanté la technologie d’extension des mécanismes corporels.
Mon business ?
Résoudre des affaires impliquant les Extends. «

Jûzô, Extend à qui on a implanté un revolver à la place de la tête, reçoit l’étrange visite d’un homme poursuivi par la police pour kidnapping. Curieusement, il demande à Jûzô de protéger l’enfant qu’il a enlevé … !

Synopsis : Kana

Comics

Paper Girl

news_illustre_1461062697_704

Edition Urban Comics

De Brian K. Vaughan et Chiang Cliff

Parution : 7 Octobre 2016

Au lendemain de la célèbre fête d’Halloween, la petite ville de Stony Stream, Ohio, s’éveille. C’est du moins le cas de Mac, KJ, Tiffany et Erin, quatre jeunes livreuses de journaux. La routine des tournées matinales est enclenchée, jusqu’au moment où leur itinéraire croise celui d’un groupe d’étranges individus encapuchonnés, violents et au langage inconnu ; et d’une mystérieuse machine dont tout semble indiquer qu’elle ne viendrait pas de la Terre… Une découverte qui pourrait bien changer leur vie à jamais.

Synopsis : Urban Comics

Chrononauts

news_illustre_1464463587_805

Edition Panini Comics

De Mark Millar et Sean Murphy

Parution : 21 Septembre 2016

Corbin Quinn et Danny Reilly sont deux génies sur le point de réaliser le premier voyage dans le temps. Malheureusement, l’expérience dérape et les deux héros doivent alors se frayer un chemin jusqu’à notre époque en traversant des ères plus dangereuses les unes que les autres : de la Rome antique jusqu’à la scène rock des années 80.

Synopsis : Panini Comics

James Bond

vargr-1

Edition Delcourt Comics

De Warren Ellis et Jason Masters

Parution : 5 Octobre 2016

James Bond est de retour à Londres après une mission teintée de vengeance à Helsinki, afin de reprendre une affaire qui a laissé un autre agent 00 sur le carreau. Quelque chose de terrible est en train de se faufiler dans les rues de la capitale britannique, qui va entraiîner Bond à Berlin. Pris au piège, isolé, il va devoir percer le secret qui entoure quelqu’un – ou quelque chose – baptisé… VARGR.

Synopsis : Delcourt Comics

Manga Coffee : Awaken – tome 1

Bonjour à tous,

Publié aux éditions Ki-oon, Awaken est un manga de type Seinen créé par Hitori Renda, dessinateur de la première saison de King’s Game disponible chez le même éditeur.

awaken-visual-2

Awaken : De quoi ça parle ? 

Un mal inconnu est découvert au Japon. Du jour au lendemain dans une salle d’arcade, un groupe de jeunes hommes se font massacrer par l’un d’entre eux venant de se transformer en homme-girafe. Peu de temps après, c’est dans un lycée qu’une jeune fille se transforme en femme-serpent. La raison de ces transformations semble être un vers parasitaire d’origine inconnu, transformant les humains en monstre. Le gouvernement fait alors appel à un groupe spécial d’intervention pour boucler le lycée et enquêter sur ce fléau. De son côté, Kanata un lycéen à l’apparence pourtant lambda, va se retrouver malgré lui au centre de l’intrigue… il est en réalité un Awaken, des êtres possédants des capacités visuels uniques et pouvant voir les infectés avant que la transformation ne se déclenche.

awaken-1-ext-1

Awaken : Mon avis

En tant qu’introduction à l’univers, ce premier tome de Awaken est un pari réussi pour Hitori Renda. Dès les premières pages avec l’apparition du fameux homme-girafe, l’auteur nous met dans l’ambiance de son titre qui sent bon le gore et la violence. Cependant, il ne faut pas ranger Awaken dans le genre du seul gore. Si il y a des éléments fantastiques, nous sommes pourtant bel et bien devant un véritable thriller policier qui se veut même par moment presque réaliste. Oui, réaliste car, grâce à une bonne idée de l’auteur, nous avons régulièrement des éléments de vulgarisation scientifique sur les vers parasitaires qui ponctuent le récit. Ce qui donne une certaine légitimité au récit dans notre monde.

Si Awaken est bel et bien un Seinen, certains éléments typiques de Shonen se retrouvent également dans la construction de l’histoire. Que ce soit avec son personnage adolescent possédant des pouvoirs uniques ou certaines touches d’humour désamorçant une ambiance parfois plombante, le mélange est bien équilibré pour qu’aucun éléments ne prennent le pas sur l’autre. On évite également le cas des personnages trop stéréotypés du genre, ce qui est bienvenu. Enfin pour parler un peu du dessin, l’auteur s’en sort plutôt bien, surtout en ce qui concerne les visages et les émotions, que ce soit les humains mais plus étonnant également pour les animaux/monstres.

En conclusion, j’ai vraiment apprécié ce premier tome d’Awaken qui est une des bonnes pioches Seinen de l’été. Un thriller haletant qui je l’espère, est loin d’avoir livré toute ses promesses.

Ma note :

4 coffee