Archives du mot-clé Xbox

Bilan E3 2017 : Les belles surprises des conférences

Bonjour mes petits expressos ! Comme vous le savez probablement, la grande messe annuelle du jeux vidéo bat actuellement son plein au Convention Center de Los Angeles ! Mais si le salon en lui-même nous est inaccessible à nous commun des mortels, nous pouvons chaque année profiter des conférences pré-E3 des éditeurs/constructeurs présents sur le salon. Ainsi, avec cet article, je reviens sur les annonces (et non pas les jeux que nous connaissions déjà) qui ont su faire chavirer mon cœur de gamer avec toute la subjectivité que cela représente !

Lire la suite Bilan E3 2017 : Les belles surprises des conférences

Coffee Time Gaming #4 : En Novembre J’ai Joué A…

Avec le rendez-vous mensuel Coffee Time Gaming, je vous montre ce à quoi je joue actuellement sans entrer dans les détails d’une review en bonne et due forme. La console tourne chaque mois à plein régime. Moment détente, coup de cœur… enjoy !

Steep (Bêta)

Afficher l'image d'origine

En novembre a eu lieu la bêta de Steep, le dernier jeu de sport extrême par Ubisoft. L’occasion d’essayer le potentiel sauveur d’un genre étant de plus en plus rare sur nos consoles. Et bien… même si c’est une bêta et qu’il ne faut pas la juger comme le jeu final, le titre est décevant. En grande partie à cause de son gameplay perdu entre l’arcade et la simulation qui n’offre pas vraiment de grand moment de gloire. Il y a de bonnes sensations de vitesse en ski, le snow n’est pas le plus fun que l’on a pu voir, la wingsuit est basique mais efficace et enfin le parapente… est une purge, très désagréable à jouer, sans aucune sensation. Reste que le titre est plutôt joli et permet de s’évader sans prise de tête dans ces contrées enneigées… suffisant pour l’acheter Day One ? Je ne pense pas.

Spec Ops The Line

Afficher l'image d'origine

Novembre a été l’occasion d’enfin me faire Spec Ops The Line. Ce qui différencie le titre de la multitude de TPS et du jeu de guerre plus ou moins inspiré, présent sur la génération PS360, c’est cette dualité présente entre le bien et le mal, en nous proposant tout le long de l’aventure des micro-choix à faire. Je suis ressorti de cette guerre à la direction artistique encore magnifique, avec un sentiment des plus mitigé, perdu entre un scénario puissant et un jugement constant de nos choix. Je vous renvoie sur ma critique de Spec Ops The Line pour un avis plus détaillé.

Dragon Quest Builders

Afficher l'image d'origine

Déjà présent dans la chronique le mois dernier, j’ai enfin fini Dragon Quest Builders ! Enfin, car avec presque une centaine d’heure de jeu au compteur en prenant mon temps, je n’en pouvais vraiment plus à la fin. J’ai de plus en plus de mal avec les titres trop long… mais ça n’enlève rien aux qualités bien visibles d’un titre, pour lequel je vous ferais un article dédié prochainement… (et oui je ne vais pas spoil mon avis dans ce petit paragraphe !).

TFGA n°23 : Un Jeu, Une Génération

Bonjour à tous,

On est le 20 du mois et comme toujours, c’est l’heure du Top Five Game Addict de Alex Effect ! Ce mois-ci le thème est « Réappropries-toi le TFGA », l’occasion d’être en roue libre et choisir son propre thème. Mon choix se pose sur « Un Jeu, Une Génération« , pour lequel je vais vous parler d’un jeu en particulier sur chaque génération de console de salon. En commençant par la génération 8bits de la Nintendo Nes jusqu’à l’actuelle avec la PS4/XBOX One. Le total s’élève donc à 6 génération de console, et comme je me le réapproprie ça devient donc un Top Six Game Addict !

Comment ça il y a eu d’autres générations avant la NES ? Atari 2600 ? Ah bon ? Et bien je m’en fous, pour moi la démocratisation du jeu vidéo commence avec la génération 8bits ! En plus, en plein Jeux Olympiques, j’ai décidé de leur décerner des médailles. Un top purement subjectif. Enjoy ! 🙂

Génération 8Bits

Star Wars sur NES 

médaille d’or de la génération

111136-photo-crop-p04628ef3fdc4083905e2cc262fa9cecf-chat-star-wars-dark-vador
L’auteur n’a trouvé aucune image du jeu qui ne pique pas les yeux. Il vous offre donc ce magnifique Dark chador pour illustrer l’article.

Pour les consoles de salon, j’ai commencé ma vie de gamer avec une NES que mon cousin m’avait légué. Je n’ai pas joué à grand chose dessus, mais mon plus grand souvenir reste l’adaptation de Star Wars basé sur le film « Un nouvel espoir« .  On pouvait contrôler Luke Skywalker à pied, explorant une multitude de grotte lustrée comme un parquet tout neuf pour nous faire tomber dans le vide. Avoir des stalactites qui veulent notre mort. Tiré avec un blaster tout sauf précis. Contrôler un landspeeder dans un « monde ouvert » désertique. C’était complètement nul vachement sympa pour un gosse. Mais mon plus grand souvenir du jeu est, c’est pour cela qu’il se retrouve premier de la génération, qu’il a fusillé ma console en le mettant en pause le temps d’un repas. Merci Star Wars, grâce a toi je suis passé à la génération suivante plus rapidement.

Médaille d’argent : Super Mario Bros

Médaille de bronze : Teenage Mutant Ninja Turtles (parce que quand on était gosse, on s’en foutait qu’il soit nul).

Génération 16 Bits

Street of Rage sur Megadrive

Médaille d’or de la génération

large

Là où j’ai vraiment commencé à prendre mon pied et à jouer comme un passe temps, c’est avec la Megadrive. Je n’ai jamais eu la Super Nintendo à l’époque. En particulier avec un classique instanté sur lequel je m’amuse toujours de nos jours, Street of Rage ! La grande époque du beat them all 2D et pour moi, il reste son meilleur représentant. On pouvait choisir 3 personnages qui étaient Adam un expert en boxe, Axel un expert en art martiaux et Blaze, seule femme du soft qui était experte en judo. Dans les faits, ça ne changeait pas grand chose mais ça permettait de s’identifier à son combattant préféré. Si le jeu m’a autant marqué, c’est que je jouais beaucoup avec ma mère à cette époque et que c’était notre jeu de prédilection. Elle jouant avec Blaze et moi avec Adam.

Médaille d’argent : Sonic

Médaille de Bronze : Alladin

Génération 32&64 Bits

The Legend of Zelda : Ocarina of Time sur Nintendo 64

Médaille d’or de la génération

14_ganon06_large

Un Noël, mon frère et moi avons eu la merveilleuse surprise de trouver une Nintendo 64 chacune sous le sapin, accompagné du merveilleux Super Mario 64 qui a révolutionné le genre du platformer avec la 3D. C’est ma seule console de la génération, je n’avais pas PS1 à l’époque. C’est la dernière génération de console où je jouais encore beaucoup avec ma mère et on s’est fait un nombre incalculable de jeu. Mais si je devais en garder qu’un, ce serait le classique The Legend of Zelda : Ocarina of Time. On n’avait jamais vu un jeu comme celui-là à l’époque et ce Zelda (qui fut notre premier) symbolise le dépaysement, une grande aventure dans une contrée lointaine. Et ce combat final contre Ganondorf restera probablement un des moments les plus marquants de ma vie de gamer.

Médaille d’argent : Banjo-Kazooie

Médaille de bronze : Super Mario 64

Génération 128 Bits

Fable sur Xbox

Médaille d’or de la génération

b00dbcat3w_img4

C’est pas le meilleur jeu que j’ai pu faire pendant cette génération, mais c’est le plus symbolique me concernant. C’est en lisant le magasine Console+ à l’époque que j’ai découvert Fable et le bullshit de Peter Molyneux concernant le projet qui m’avait envoyé clairement du rêve. Après une multitude de caprice, ma mère cède (je suis désolé maman d’avoir été si chiant) et m’achète une Xbox avec Fable, alors que j’avais déjà une Gamecube. Et là, j’ai découvert le RPG (bien qu’il reste simple dans genre) et qui deviendra par la suite mon genre de prédilection en enchaînant sur le même support Jade Empire, Star Wars Kotor et Morrowind. Je garde de très bons souvenirs de Fable avec sa transformation physique du personnage en fonction de nos actions.

 

Médaille d’argent : The Legend of Zelda : Wind Waker 

Médaille de bronze : GTA Vice City

Génération HD

Mass Effect sur Xbox 360

Médaille d’or de la génération

ace9a572c0505afcfe4a1b7eca7257e2_large

Que dire sur la trilogie Mass Effect mis à part jouez-y, si ce n’est pas déjà fait ? Je suis complètement dingue de Mass Effect et je suis très loin d’être objectif dessus tant ce sont mes jeux favoris. Une odyssée spatiale en 3 parties pour combattre les moissonneurs, une race de machines extra-galactique réapparaissant tous les 50 000 ans pour moissonner les races les plus évoluées de la galaxie. Un action-RPG-TPS à choix multiples où nos actions se répercutent dans le jeu suivant. Complètement fou.

Médaille d’argent : Alan Wake

Médaille de bronze : Trial HD 

 

Génération Actuelle

Bloodborne sur PS4

Médaille d’or de la génération

981814-bloodborne

Classement provisoire étant donné qu’on est en plein dans la génération, mais certains jeux m’ont déjà clairement marqués. A commencé par Bloodborne qui, à lui seul, justifie mon passage de la XBOX à la PS4. J’ai beau être RPG, la première fois que j’ai touché Dark Soul j’ai arrêté en me disant « ce n’est pas fait pour toi, tu va détruire une manette », et je n’ai plus jamais touché à un Soul. Jusqu’à Bloodborne. Son univers gothique en proie à la folie et son gameplay basé sur l’esquive et le contre en restant constamment en mouvement a eu raison de moi.  Pendant plusieurs semaines, j’ai fini le jeu 3 fois, en solo, en coop, avec son DLC et décroché le trophée platine (pour le coup c’est vraiment un exploit dont je suis fier). Le jeu qui dépassera l’investissement personnel que j’ai fais sur Bloodborne dans cette génération est loin d’être arrivé.

Médaille d’argent : Life Is Strange 

Médaille de bronze : The Last of Us Remastered

La pause JV : Batman : The Telltale Series – Episode 1

Bonjour à tous,

C’est le 2 août dernier que Batman, par le studio Telltale, a enfin sorti le bout de son museau. Spécialisé, depuis le succès de The Walking Dead, dans les jeux narratifs à choix multiples et au format épisodique, le studio a ainsi enchaîné avec plus ou moins de succès les projets reprenant leur recette fétiche. Jusqu’à épuisement pour certain, pour le meilleur pour d’autre. Batman sera t-il un bon cru ? Début de réponse dans ce pilots.

Bien entendu nous sommes face au premier épisode d’une série au format épisodique, je ne suis pas ici pour livrer un avis définitif mais un début de réponse. Comme pour une série télévisée, le premier épisode, aussi appelé pilots, décidera rapidement de votre attrait pour la série. 

Batman_20160808203002

Avec le studio Telltale et le jeux narratif difficile de plaire a tout le monde. Certains sont allergiques à ces films/séries interactifs, d’autres adorent. D’autant plus que, quand c’est fait par le studio Telltale, on connait maintenant bien les ficelles. Chapitrage, choix de dialogue multiple limité par le temps, QTE lors des phases d’actions, cel-shading, techniquement souvent aux fraises… Ce Batman n’échappe pas aux traditions de la maison. Si vous détestez le genre, passer votre chemin il n’y a rien pour vous.

Cependant dans ce Batman, un certain soin a été apporté au niveau technique et ça se ressent dès les premières minutes (version PS4). Le traditionnel cel-shading utilisé par le studio colle parfaitement à l’univers tiré d’un comic-book (c’était déjà le cas dans le fabuleux The Wolf Among Us) et la ville de Gotham est tout simplement magnifique (bien que l’on puisse voir beaucoup d’aliasing). Sans s’arrêter à la ville en elle-même, d’une manière générale les modèles 3D et la direction artistique s’en sortent plutôt bien.Dans la technique pure et dure, si on n’évite pas quelques baisses de frame-rate habituelles du studio, le jeu se veut tout de même bien plus fluide que d’autres productions, je n’ai pas assisté à de micro freeze par exemple. Pas de problème non plus de synchronisation labiale, mais il y a par contre quelques retards sur les sous-titres. Notons cependant que pour une fois nous avons droit à une version VOSTfr en day-one.

batman-a-telltale-game-series-331328-1468941782-high

Après la technique, passons maintenant aux point positifs : L’appropriation de l’univers et le contrôle de Bruce Wayne. La grande force de ce Batman par Telltale est qu’il n’est pas une extension d’un univers déjà établi. Il ne fait pas partie de Batman Arkham, ni du Batman du DCCU et encore moins d’un quelconque dessin animé. Si il tire bien entendu son inspiration du matériau original qui est le comic-book, le studio se réapproprie l’univers et réécrit l’histoire et les liens entre les différents personnages (pour donner un exemple : Cobblepot est un ami d’enfance de Bruce). L’autre gros point positif est du coup de pouvoir contrôler Bruce Wayne, chose jusqu’à présent réduit à des miettes dans les autres jeux vidéo. Avouez que gérer ses relations avec les autres personnages et ses positions politiques ou médiatiques dans Gotham, c’est ce qu’il y a de plus intéressant à approfondir dans un jeu narratif et dans ce sens il le fait bien. Avec un Bruce torturé entre histoire familiale, vie quotidienne et vie nocturne.

Le point fable vient alors des virées nocturnes de Bruce. Non pas que ce qu’il se passe devant nos yeux soit inintéressant, loin de là. D’autant plus qu’un effort a été fait dans la mise en scène. Le problème vient des QTE que j’ai trouvé bien plus brouillon et intrusif qu’à l’accoutumé. Dans la peau du Bat, n’importe quelle action est bonne pour faire un QTE, même tirer un vulgaire grappin. Notons quand même la volonté de ne pas vouloir proposer que des combats dans la peau de la chauve souris avec une scène d’enquête (bien que basique) et une dualité dans la façon de faire ayant des répercussions sur la suite (voulez vous faire un Batman violent ou pacifique ?).

En conclusion, ce pilots de Batman est une très bonne pioche dans le genre et a suffisamment de potentiel pour se hisser dans les meilleurs productions du studio. Il faudra bien entendu attendre les autres épisodes pour se faire un avis définitif mais il a pour le moment de quoi enthousiasmer. Que vous appréciez le studio ou êtes fan du Dark Knight, ne passez pas à côté.

Ma note 

4 coffee

E3 2016 : Ce que je retiens

Tous les gamers le savent, notre grande messe annuelle a eu lieu comme chaque année à Los Angeles. L’internet regorge déjà de comptes rendus et pas de bol pour vous, je m’y met également ! Je ne reviendrai pas sur l’ensemble des conférences mais seulement sur les jeux sur lequel j’ai eu le « waouuuh effect » et que j’attends avec une très grande impatience. Voici mon compte rendu ! 🙂

Horizon Zero Dawn

horizon-zero-dawn-screen-01-us-15jun15

Si j’avais ouvert le blog l’année dernière, Horizon Zero Dawn aurait déjà été dans ce top. Guerrila games en a enfin fini avec les FPS et Killzone pour nous livrer ici un action RPG. Un grand écart qui a l’air, au vu du gameplay, maîtrisé et qui s’annonce comme la très grosse exclu PS4 sur laquelle il faut compter. L’univers en monde ouvert, le gameplay centré sur les pièges et l’héroïne ont eu raison de moi. Horizon je l’attends de pied ferme.

Detroit Become Human

Detroit.jpg

Je suis un fervent défenseur des jeux narratifs et le dernier né de Quantic Dream m’a clairement tapé dans l’œil. Avec un univers qui sent bon Blade Runner et l’annonce d’un effet papillon poussé à son paroxysme. Detroit a tout pour me plaire. 🙂

Spider Man PS4

spiderman ps4

Un spider man exclu Sony par Insomniac Games qui se veut aussi ambitieux qu’un Batman Arkham ? Banco je signe ! En tant que fan aveugle de l’univers Marvel (et de DC aussi..) rien que la promesse sur le papier me rend fou de joie ! En attendant du vrai gameplay, le trailer d’annonce m’en a mis plein les yeux. Et personnellement, j’adore le nouveau costume du tisseur !

Steep

Steep

On a l’habitude chaque année durant la conférence Ubisoft d’avoir une grosse annonce à la fin, mais clairement je ne m’attendais pas à ça ! Au revoir Tom Clancy, Assassin’s Creed et autre variante, bonjour Steep ! Un grand monde ouvert dans une chaîne montagneuse ou l’on peut faire du ski, du snow, du parapente et de la wingsuit c’est Day One pour moi. Si il peut être aussi addictif et plus complet que l’était le – déjà – très bon Shaun White Snowboarding du même éditeur ,ce serait parfait pour moi.

Days Gone

maxresdefault

Ma grosse claque de la conférence Sony c’est Days Gone. Bikers à la Son of Anarchy, ambiance poissarde américaine à la The Last of Us et vague de zombie hors de contrôle à la World War Z, le jeu m’a clairement fait décrocher la mâchoire. Les bonnes influences sont là, espérons que Sony Bend rentre dans la cour des grands avec ce Days Gone.

South Park : l’annale du destin

5755b5a96b54a4ae5d8b4568-1

Je l’attendais impatiemment. Il fut présent à la conférence Ubisoft et je ne suis en aucun cas déçu. South Park l’annale du destin (le titre me fait beaucoup rire) est le jeu que j’attends le plus, peu importe le support. Après un premier épisode ultra fidèle à cette série d’animation que j’affectionne depuis toujours, ce RPG suit le même chemin et s’attaque cette fois au monde des supers héros en faisant leur propre Civil War. Ma version collector est déjà réservé sur l’Ubishop et je n’en peux plus d’attendre le 6 décembre prochain !

Réception #4 : Le loot d’Avril 2016

Quatrième numéro des réceptions/loot du mois en cette fin de mois d’Avril. Un bon mois me concernant, que ce soit côté jeux vidéo ou comics. Toujours pas d’achat blu-ray cependant. Je vous laisse découvrir cela par vous-même !

Côté Jeux Vidéo…

DSC03540

Un jeu sur chaque console comme ça pas de jaloux. Le jeu que j’attendais le plus cette année (et sur Xbox One depuis le début) est enfin sorti et se nomme Quantum Break ! Grand fan du studio Remady, je ne pouvais pas passer à côté.

Sur PS4, c’est le magnifique Ratchet & Clank qui reçoit mes honneurs (le macaron de pub par contre quel horreur, je n’ose même pas l’enlever par peur d’abîmer la boite). Ce genre de jeu se fait très rare et j’espère que nous en verrons plus à l’avenir. C’était également le mois de Dark Souls III… mais le budget n’est pas extensible donc ce sera pour une prochaine fois ! 🙂

Côté Lecture…

DSC03544

Une réception du mois n’est jamais complète sans mon exemplaire du JV Mag qui met ce mois-ci en avant Dark Soul III.

Côté comics, on commence avec la réédition dans la collection Marvel Event du crossover mythique : Civil War. Malgré le fait que je l’avais déjà lu, je ne possédais pas l’album. Cette réédition est parfaite pour les lecteurs comme moi qui ne s’intéresse qu’au crossover et non pas tier-in des autres séries connectées. La hype que j’avais autour du film m’a fait sauter le pas. 🙂

DSC03543

On continue avec Suicide Squad t1 pour lequel je vous ai déjà fait une critique. Vous remarquerez que ce n’est pas la couverture classique mais une variante trouvable exclusivement dans le réseau Canal BD ! Je la trouve juste magnifique et c’est ce qui m’a fait acheter ce tome aussi rapidement, par peur de ne plus la trouver. 😀

Avril marque également le retour de l’univers Valiant en France (que je ne connaissais seulement de nom) avec un nouveau éditeur : Bliss Comics. Je me suis jeté sur leur première publication qui est The Valliant, un crossover en un tome qui permet de faire la connaissance de la plupart des personnage de l’univers. Un univers différent de Marvel et DC mais qui a l’air tout aussi passionnant, d’autant plus que pour le lancement le tome ne coûte que 10euro. C’est en plus scénarisé par Jeff Lemire un scénariste que j’adore, donc que demander de plus ! 🙂

DOOM : Retour sur la bêta multijoueur

Ce weekend se déroule la bêta multijoueur du revival de DOOM, la licence de ID software qui reviendra d’entre les morts le 13 Mai prochain. Que nous laisse entrevoir la bêta ? Réponse.

DOOM Beta_20160402164706

Autant le dire de suite, les joueurs habitués des FPS modernes vont pleurer toutes les larmes de leur corps. Au revoir la vie qui remonte automatiquement, bonjour les kits de soin. Car oui, DOOM tient clairement du FPS à l’ancienne. Kits de soin, munitions, armes puissantes qui one-shot et même invocation de démon permettant d’être plus fort, de s’envoler et de tirer des slaves de roquette… tous ces bonus se trouvent sur la map et demandent de connaitre les cheminements et emplacements d’objets pour espérer pouvoir s’en sortir face aux barbares se trouvant déjà en ligne.

Dans DOOM, tout se déroule extrêmement vite. On commence, on avance, on tire, on meurt, on repart sans temps de réanimation et on recommence le même schéma… le tout complété par un double jump à l’aide d’un jet pack permettant d’évoluer de manière verticale dans des niveaux possédants plusieurs embranchements possibles. Tout comme dans les premiers jeux de la série, il faut être constamment mobile pour espérer pouvoir s’en sortir. Une cible immobile et une cible morte, tout simplement. Ce qui donne un gameplay vraiment grisant pour les nostalgiques de titre comme Quake et Unreal, aujourd’hui disparu sur les consoles actuelles.

DOOM Beta_20160402163726

Deux modes de jeux sont disponibles dans la bêta. Le premier mode est un match à mort par équipe, faisant s’opposer des équipes de 6 joueurs. Rien de nouveau sous le soleil, les joueurs de FPS connaissent ce mode depuis la nuit des temps. Le second se nomme sentier de guerre. Sous ce nom se cache en réalité de la simple capture de zone. Ce sont des modes très classiques mais toujours très joué dans les jeux en ligne et faisant clairement le boulot dans ce bain de sang qu’est DOOM.

Concernant les armes, 7 sont disponibles dans la bêta. On en trouve pour tous les goûts : Fusil d’assaut classique, fusil à plasma, fusil foudroyant, lance roquette… et l’arme qui est déjà la plus utilisée en ligne (dans mes parties du moins) : le super shotgun, un fusil à canon scier faisant des dégâts dévastateur sur les ennemis à courte portée. Le shotgun est une arme mythique de cette vieille génération de FPS et c’est clairement un plaisir de le retrouver. On trouve également des gadgets comme la traditionnelle grenade, un petit téléporteur permettant de se téléporter instantanément là où on le lance et enfin une grenade spéciale permettant de drainer l’énergie des adversaires pour se soigner. Déjà un belle attirail pour le jeu mais j’espère qu’il y en aura encore d’autres pour varier le plaisir.

DOOM Beta_20160402170114

DOOM propose également une personnalisation de notre avatar et des armes. Malgré le fait que l’on contrôle un space-marine (= grosse armure = grosse arme), à l’issue de chaque partie on gagne de nouveaux éléments d’armures pour personnaliser notre avatar. On peut également changer la couleur de notre équipement, avec plein de couleurs et motifs flashy. Les joueurs ont déjà fait leur choix. Les parties sont remplies de personnages mélangeant plusieurs couleurs, rouge, bleu, vert, orange..le tout  brillant comme un camion.

Voilà pour la bêta multijoueur de DOOM. Ce ne sera probablement pas le jeu le plus joué en ligne sur console mais personnellement je suis très heureux de retrouver un FPS à l’ancienne dans la plus pure tradition. J’espère que le solo suivra le même chemin, mais je pense clairement me laisser tenter le 13 Mai prochain par cette aventure gore et hardcore, et vous ? 🙂